Nikko, c’est qui celui là ?

Nikko, petite ville dans les montagnes de la préfecture de Tochigi, à deux heures de train de Tokyo, à plus ou moins 120 Km de la capitale pour vous donner un ordre d’idée, vous accueille en toute saison.  Sa réputation est basée sur la beauté de ses paysages naturels très éloignés de l’urbanisme de Tokyo, et bien sûr, sur les temples, sanctuaires, et autres monuments, pour la plupart classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ils se trouvent principalement sur les hauteurs de cette petite ville d’à peine 90 000 habitants.

Trop de gens visitent Tokyo en oubliant d’en sortir au moins une journée. Tokyo, c’est bien, mais ça ne veut pas dire que le reste ne l’est pas. Je dirais même que de toutes mes visites, Nikko a été la meilleure. D’ailleurs, si vous parlez de votre envie folle d’aller visiter Nikko a un Japonais, il vous encouragera par de grandes exclamations à mettre à exécution ce projet. Les Tokyoïtes adorent cet endroit sacré, sachez-le. Il ne vaut mieux pas prévoir votre excursion sur un weekend ou durant les vacances nationales, vous vous retrouveriez dans une foule beaucoup trop importante pour pouvoir apprécier votre journée. En revanche, si vous vous y rendez en semaine, et encore plus en morte saison, vous arriverez à vous retrouvez seul, ou en tout cas à bénéficier du calme de la montagne, loin de Shibuya, Harajuku, et du métro de la capitale.

Le trajet Tokyo – Nikko est très simple à effectuer. Si vous avez loué une voiture, vous pouvez évidemment vous y rendre par la route, auquel cas je ne vous suis d’aucune utilité. Sinon, vous pouvez vous servir de nos chers transports en commun, et prendre le train. Rendez-vous à la station Asakusa, celle d’où part la Ginza Line, juste après l’embranchement du pont rouge de l’arrondissement. En rentrant, vous trouverez un centre d’informations. C’est là qu’il vous faudra acheter vos tickets. On vous proposera plusieurs choix. Le premier, et celui que je vous recommande sans hésiter, est le train express. Le trajet vous coûtera un peu plus cher que si vous aviez un changement, mais ça a des avantages, surtout lorsque vous ne savez pas vraiment où vous allez. Le deuxième est donc de prendre un train plus lent, avec un changement, avant d’arriver à Nikko. Lorsque vous aurez choisi votre moyen de transport, on vous proposera plusieurs horaires. Pour le train express, la possibilité vous sera laissée entre deux départs et deux heures de retours, à savoir 7h30, 9h30, 16h20 et 17h30 si vous le prenez en semaine. Pensez bien, avant de choisir, qu’il vous faut une bonne journée sur place pour pouvoir pleinement en profiter et en voir le plus possible. Si vous y voyagez durant la saison hivernale, il fait nuit à dix-sept heures trente, mais jour à six heures. Le plus judicieux sera donc de partir de bonne heure et de rentrer un peu plus tôt sur Tokyo.

Mais votre périple ne s’arrête pas là. Vous avez choisi le train que vous allez prendre, on vous laisse maintenant le choix entre plusieurs pass. Le Nikko World Heritage Pass, qui vous donne un droit d’accès en bus aux principaux temples de la ville, et le General Pass qui vous permet aussi d’utiliser les transports en commun pour vous rendre aux lacs et aux chutes d’eau. Si vous ne venez qu’une journée, il vaut certainement mieux prendre le World Heritage Pass, quitte à alléger votre porte-monnaie de quelques Yens de plus pour prendre bus, si vous souhaitez vous rendre un peu plus loin. La zone que vous allez pouvoir explorer sera déjà vaste pour le temps que vous aurez à passer sur place. Si vous restez plusieurs jours, c’est une autre histoire. Le General Pass vous permettra de découvrir le reste des merveilles de Nikko, et vous ne serez pas déçus, entre lacs et cascades d’un magnifique bleu. Vous pourrez faire de très belles randonnées.

Au total, vous débourserez entre 4000 et 5000 Yens suivant les options choisies.

Curieux ? Vous voulez en connaître un peu plus sur les lieux historiques que vous allez visiter à Nikko ? Alors c’est parti pour le point Histoire.

Le sanctuaire principal de Nikko est Toshogu. Il a été construit sous le shogunat Tokugawa, qui en a fait une véritable oeuvre architecturale, toute en couleurs, feuilles d’or, et sculptures. Mais le temple Rinnoji est le véritable bâtiment à l’origine du site de Nikko. Fondé par un moine ermite bouddhiste en 766, il est célèbre pour ses trois Bouddhas. En arrivant à destination, vous commencerez votre visite par le pont Shinkyo. A l’origine de ce pont, une légende qui raconte que le moine à l’origine de Nikko aurait traversé la rivière à cet endroit porté par deux serpents. Kanmangafuchi Abyss a été formé par une éruption du Mont Nantai, ces gorges de quelques centaines de mètres de long sont gardées par les 70 statues de Jizzo. Ces individus destinés à se réincarner en Boudha veillent aussi sur les morts. Kanmangafuchi Abyss est un peu excentré par rapport à l’ensemble des temples et des sanctuaires, mais il vaut largement le détour. Vous y serez peut-être même complètement seuls et vous pourrez admirer le magnifique paysage formé par les gorges. Evidemment, Nikko renferme d’autres trésors cachés, mais la liste deviendrait rapidement exhaustive, je vous laisse donc les découvrir par vous-mêmes.