C’est partie pour une nouvelle journée. Vous êtes prêts, vous êtes lancés ! Vous prenez donc le métro en direction de Shibuya. Cet arrondissement, haut lieu de la mode Japonaise, vous appelle depuis votre arrivée. Et voilà que vous débarquez dans l’une des plus grosse station de métro de Tokyo, un vrai labyrinthe.

Shibuya est une véritable plateforme tournante au cœur de la capitale Nippone. Le plus simple pour vous en arrivant sera donc de prendre la sortie qui vous mènera sur la place où trône la statue du chien Hachiko, qui a attendu son maître tous les jours devant la gare jusqu’à sa mort. Vous connaissez l’Histoire ? Alors vous souhaiterez sûrement vous faire photographier devant sa réplique. Qui plus est, la statue se trouve aussi à l’embranchement du gros croisement de Shibuya qui est une attraction à lui tout seul, il vous sera donc facile de vous repérez, y compris lors de votre retour au métro.

Si vous ne souhaitez pas boire de cafés, vous promener dans les rues commerçantes ou faire les boutiques, il ne tient maintenant qu’à vous de vous rendre à Meiji-Jingu, le plus gros sanctuaire de Tokyo. Au choix, soit vous reprenez le métro pour parcourir la distance d’un arrêt jusqu’à la station Harajuku, soit vous vous raccrochez à vos petites jambes et vous marchez. Depuis le croisement de Shibuya, il vous suffira de prendre l’artère principale qui se trouve en face de la station, et qui longe le Starbucks. Remontez la pendant environ dix minutes, vous arriverez à un pont qui vous permettra de traverser au dessus de l’une des grosses routes principales de la zone. Le parc du sanctuaire se trouvera de l’autre côté de ce pont. Préparez vous à visiter un magnifique sanctuaire Shintoïste construit entre 1912 et 1920, après la mort de l’empereur Meiji, ou plutôt sa reconstitution, puisqu’il a été détruit durant les bombardements de 1945, et reconstruit après la guerre. En entrant dans le jardin impérial où se trouve Meiji-Jingu, vous passerez sous un torii, un portail traditionnel Japonais considéré comme étant un symbole du Shintoïsme. Ce premier petit portail mesure la modeste taille de 12m de haut. Si vous empruntez la route principale pour vous rendre au sanctuaire, vous en croiserez deux autres. Ils permettent de séparer Meiji-Jingu du monde extérieur à l’enceinte sacrée, considéré comme un environnement profane. La visite du parc et du sanctuaire vous prendra facilement deux heures.

Après cette belle promenade, vous n’aurez que quelques minutes de marche à faire pour arriver dans le célèbre quartier d’Harajuku, et sa rue commerçante très animée. Vous y trouverez de nombreuses boutiques, toutes plus extravagantes les unes que les autres. Il est impossible que vous ne dénichiez pas une perle rare, un habit ou un bijou qui fera votre bonheur. D’ailleurs, c’est à Harajuku que naissent les nouvelles tendances Japonaises. En faisant bien attention, vous y croiserez sans doute quelques cosplayers, des adeptes de la mode lolita, ou visual kei, et j’en passe. Parfois, leur tenue n’est pas complète, mais soyez attentif aux maquillage et coupes de cheveux des personnes qui vous entourent, il se pourrait bien que vous ayez quelques surprises. Évitez de vous y rendre le week-end. Les jeunes Tokyoïtes sont de sortie, et se pressent dans la rue principale d’Harajuku qui est alors moins agréable.

Que vous y résidiez ou que vous y passiez simplement une journée, l’arrondissement de Shibuya vous réserve donc de belles surprises, entre tradition et modernité. De quoi combiner plusieurs plaisirs en seulement quelques heures, et découvrir la jeunesse Japonaise sous un autre jour que ceux passés avec leurs costumes ou leurs uniformes d’écoliers.