Taïwan, pays sous-évalué par les agences touristiques, qui pourtant a dépassé les 10 millions de visiteurs en 2018, et qui possède une large communauté d’expatriés, basée notamment à Taipei. Alors, essayons de découvrir les caractéristiques qui font du plus petit état d’Asie de l’Est une destination appréciée par ceux qui s’y intéressent.

Taïwan est un état développé, qui possède toute la technologie et le confort moderne que nous connaissons, mais qui a su conserver ses particularités et sa diversité culturelle, entre Chinois, Japonais et Aborigènes. Les villes y sont grandes, mais pas démesurées, et très vertes. En une vingtaine de minutes en voiture, à Taipei, vous vous retrouvez dans les montagnes pour profiter de la nature. La conduite y est simple, et le transport tout autour de l’île facilité par le train à grande vitesse et les voies de circulation agréables.

Les paysages sont diversifiés, de même que les activités. En une heure, vous pouvez passé de la ville, à l’océan, à la montagne. Le climat tropical rend la destination agréable, surtout en Hiver. Entre trails, surf, natation, course à pied et cyclisme, vous n’aurez que l’embarra du choix.

Le coût de la vie y est moins élevé qu’en France. La nourriture ne coûte presque rien. Pour un repas dans un petit restaurant de quartier, vous débourserez entre deux et trois euros. Les tarifs de l’électronique sont légèrement moins élevés qu’en France. Seules les marques internationales pratiquent les mêmes tarifs partout dans le monde. Le matin, les marchés fleurissent dans tous les quartier, de quoi se ravitailler en fruits et légumes pour presque rien. Les repas se prennent de bonne heure, comparé à nos habitudes Françaises. La vie à Taïwan est plus matinale, et le dîner se prend généralement vers 18h, 18h30.

Les Taïwanais sont en général très accueillants, et amicaux. Sportifs et désireux de s’entretenir, y compris à des âges avancés, vous les verrez courir, parfois tard le soir en raison des températures élevées en journée, faire du vélo, ou simplement marcher un peu pour se dégourdir les jambes. A cheval sur le développement durable, le tri est systématique dans tous les foyers. N’oublions pas que les Taïwanais apprécient aussi la compagnie de nos amis à quatre pattes. Vous croiserez ici de nombreux chiens et chats. Pour ceux qui se poseraient la question, Taïwan a été le premier état d’Asie à interdire la consommation de viande de chien. Leurs lois sont proches des nôtres, depuis l’avortement – légal depuis les années 70 – jusqu’au mariage pour tous qui fait l’objet d’un projet de loi depuis le 22 Février 2019. Particulièrement ouverts d’esprit et soucieux de vous faire découvrir leur culture, ils chercheront rapidement à engager la conversation avec vous, ce qui pose parfois quelques soucis de communication, bien que la plupart des jeunes Taïwanais baragouines au moins trois mots d’anglais.

Il est très facile de se déplacer autour de l’île. Le réseau ferroviaire est particulièrement bien développé, de mêmes que les liaisons en bus. Afin de vous procurez des billets de train, il vous suffit de vous connecter sur le site Taiwan Railways et de sélectionner votre trajet. Vous aurez la possibilité  de payer en ligne ou lors du retrait de votre ticket. Celui-ci peut s’effectuer à la gare ou dans tous les 7/11, à des bornes spécialisées. Il vous suffira donc de mémoriser le numéro de votre réservation qui sera nécessaire lorsque vous souhaiterez récupérer votre billet, et vous pourrez régler directement auprès des employés du magasin.

La conduite s’effectue du même côté de la route qu’en France. Vous pourrez louer un scooter ou une voiture en arrivant à Taiwan afin de simplifier vos trajets, mais il vous faudra pour cela posséder le permis international. Afin de faire le plein de votre véhicule, vous trouverez toujours des stations essence sur le bord des principaux axes de communication. Les pompistes existent toujours à Taiwan, et ils se chargeront généralement de la procédure pour vous. Vous n’aurez donc plus qu’à payer. Pour le plein d’une petite voiture, il faut compter en 2019 environ 880 TWD.

Si vous souhaitez travailler à Taïwan, il faudra cependant que vous vous satisfassiez d’un salaire moindre comparé à celui auquel vous pourriez prétendre en France, en tout cas si vous travaillez pour une entreprise Taïwanaise. Depuis 2016, le PVT – Visa Vacances Travail – permet de rester à Taïwan durant six mois, et est renouvelable une fois. Vous pouvez y prétendre jusqu’à trente ans, et à certaine conditions financières que vous pourrez retrouver sur le site PVTISTE.NET.

Sans visa, votre durée de séjour ne doit pas excéder quatre-vingt-dix jours, et lors de votre vol aller, on vous demandera de prouver que vous comptez sortir du pays. Votre billet retour pourra être exiger. Si vous ne l’avez pas encore acheter, certaines compagnies accepteront de simplement faire une photocopie de votre passeport et vous demanderont une date approximative de sortie.

Le point Histoire :

Peuplée depuis près de 12 000 ans, l’île a été découverte par les Portugais il y a seulement 400 ans. Formosa Island, de son nom d’origine, Taïwan a ensuite été colonisé par les Chinois, avant d’être prise par les Japonais durant la guerre sino-japonaise de 1894. Après la Seconde Guerre Mondiale, la Chine récupéra Taïwan avec l’accord des Alliés. Lors de la fondation de la République Populaire de Chine en 1949, le gouvernement de l’ancienne République de Chine se réfugia à Taïwan et garda le contrôle de l’île afin de la diriger séparément du gouvernement de Mao Zedong.

 

previous arrow
next arrow
Slider