Workaway, woofing, volontariat, appelez ça comme vous voulez. Qu’est-ce que c’est ? Une manière pour vous de rester plus longtemps que vos moyens ne vous le permettraient dans un pays, à moindre frais. Mais est-ce une bonne ou mauvaise idée ? Je ne crois pas qu’il y ait une réponse parfaite à cette question. Finalement, tout dépend de l’endroit où vous tomber, et de ce que vous attendez de votre voyage. Le workaway a ses bons côtés, comme ses mauvais.

Le Workaway est un bon moyen de voyager pas cher. Si vous décidez de voyager pendant plusieurs mois ou plusieurs années, y compris avec un Working Holiday Visa, vous serez probablement amené à en faire un au moins une fois, afin d’économiser sur le logement. Il y a plusieurs types de Workaway. Bien sûr, vous avez le traditionnel travail en auberge de jeunesse qui consiste essentiellement à réaliser quelques heures de ménage dans la journée en échange d’un lit dans l’établissement. Cette formule est sans aucun doute la plus connue, et la plus simple à trouver dans tous les pays. Mais vous en avez aussi des plus spécialiser, parfois associés à votre domaine de compétence initiale, ou par lesquels vous obtiendrez plus que le logement. Parmi ces-derniers, certains se rapprochent d’un travail associatif, et vous permettront de contribuer à un projet vert, comme le développement d’hébergements écologiques, et d’une ferme biologique. Vous trouverez aussi à travailler avec les animaux au sein d’élevages, de fermes, de chien de traîneaux. Mon Workaway, quand à lui, m’a permis de pratiquer l’activité de guide et d’agent marketing dans une société proposant des activités sportives en extérieur.

Travailler en Workaway favorisera les opportunités de rencontre avec les locaux. Vous découvrirez sans doute des activités que vous n’auriez pas fait sans ça, et vous pourrez essayer d’améliorer vos compétences dans la langue du pays. Vous participerez peut-être à un projet de développement local qui vous fera aussi gagner de nouvelles compétences, alors que vous vous enrichirez du savoir faire de vos collègues dans un domaine que vous n’auriez pas expérimenté sans ça.

Si vous êtes en Working Holiday, commencer un workaway peut aussi déboucher sur une opportunité d’emploi durant votre séjour dans le pays.

Cependant, il vous faut faire attention. En workaway, vous vous engagez à travailler quelques heures par jour, mais pas autant qu’un employé lambda, et pas pour n’importe quelle tache. Les dirigeants et managers des entreprises qui vous prennent en tant que main d’oeuvre vous présentent des conditions de départ que vous acceptez, mais vous ne disposez pas de contrat, aussi il est possible qu’ils cherchent à vous utiliser bien plus que ce qui a été initialement prévu, ou pour des travaux plus ingrats. Il ne tient alors qu’à vous de vous manifestez, de leurs faire savoir que vous n’êtes pas d’accord avec les changements qui vous sont imposés, et de partir si cela s’avère nécessaire. Rappelez-vous, vous avez besoin d’un logement, mais eux aussi ont besoin de vous, et aucun contrat légal ne vous retient. Vous trouverez de toute façon aisément, dans la plupart des pays, de nouveaux lieux où effectuer votre Workaway.