Ah ! La Grèce ! Doux pays d’Europe ! Mais comment vit-on, en Crète ?

Abordons les thèmes un par un et commençons avec… Le transport !

La Crète est une île montagneuse, aux routes sinueuses, parfois peu praticables. Les transports en commun, hormis le bus, y sont peu développés. Le plus simple pour visiter l’île reste de louer une voiture. Par chance si vous êtes Européen, vous n’aurez pas besoin d’un permis international pour conduire en Crète. Votre permis de conduire national suffira. Cependant, il y a deux ou trois petites choses qu’il vous faut savoir avant de vous lancer à l’assaut du bitume Grec. Est-ce que les Grecs conduisent mal ? Et bien… Si vous êtes Français, il faut l’avouer, vous le penserez certainement à un moment ou à un autre. Quelques exemples :

  • En Crète, la bande d’arrêt d’urgence ne sert pas de bande d’arrêt d’urgence. En revanche, elle vous servira à vous rabattre afin de laisser la personne derrière vous vous doubler. D’ailleurs, vous croiserez souvent des scooters ou autres véhicules un peu plus lents qui conduiront totalement sur cette fameuse bande d’arrêt d’urgence. Un conseil, ne tombez pas en panne, et pensez bien à vous rabattre si quelqu’un manifeste l’envie de vous dépasser, au risque d’une conduite dangereuse de la part du conducteur derrière vous.
  • Les zébras n’existent pas. D »ailleurs, tout le monde se demande encore ce que c’est que toutes ces lignes au sol. Vous voulez rouler dessus ? Pas de problème.
  • Ne comptez pas rouler à 130 en Crète. Les routes sont généralement limitées à quatre-vingt ou soixante-dix km/h. En revanche, il est possible que vous aillez du mal à trouver les panneaux indiquant la limite de vitesse autorisée à certains endroits.
  • Oui, il est possible de se retrouver à quatre voitures côte à côte à un feu rouge en ville, alors qu’il n’y a que deux voies. Et alors ? Du moment que ça rentre !

Deuxième thème, le café :

Vous êtes Français, vous buvez rarement du café froid, à part au Starbucks. Amateur de boisson caféinée glacée, bienvenue en Crète. Il y fait chaud, surtout en été. Si vous vous obstinez à prendre vos boissons chaudes en plein mois de Juillet, on vous regardera forcément bizarrement.

Troisième thème, l’attitude cool :

Berceau de la culture Méditerranéenne, et berceau de la cool attitude. Ici, le client et rois, mais il ne faut pas qu’il soit pressé. Le mot d’ordre ? On travaille bien, mais à son rythme, pas trop rapidement si possible, et sans faire trop de choses à la fois. Le client est un touriste, il a le temps d’attendre.

Quatrième thème, le coup de la vie :

La Crète est une île très touristique, et qui ne s’auto-suffit pas. Énormément de produits sont importés du continent. Forcément, le coût de la vie en subit les conséquences. Le plus gros budget, il me semble, est celui consacré à l’achat de bouteilles d’eau. L’eau du robinet n’est, en effet, pas potable, et la température extérieure nécessite une hydratation intense.

Cinquième thème, la banque :

N’allez pas à la banque Grecque en fin de mois. La plupart des travailleurs reçoivent leur salaire en liquide, et vont justement le déposer à la banque le 30 du mois. Si vous y allez en même temps qu’eux, vous risquez d’y passer un petit moment. En fait, il vaut mieux éviter d’avoir à aller à la banque tout court. Anecdote : Ayant perdu ma carte bancaire, je suis allée à la banque pour faire opposition. J’ai donc patienté trente minutes, avant d’arriver à un bureau où j’ai attendu avant que la personne assise en face de moi n’appelle un autre bureau basé à Héraklion et ne me passe le téléphone, puis elle a appelé un autre bureau, avant de me faire à nouveau patienter et de me demander d’aller voir sa collègue afin d’avoir une autre carte. Bien sûr, pour voir sa collègue, il m’a fallu patienter – rappeler vous du thème trois, le client a le temps. J’ai donc passé un long moment à attendre pour ce qui m’aurait pris le temps d’un appel et de deux minutes en France.

Toutefois, il y a tout de même du positif à avoir une carte bancaire grecque. Si vous la perdez, ils vous en donnerons une nouvelle tout de suite. Vous n’aurez pas un délais de quelques jours à patienter avant qu’ils ne vous l’envoient chez vous.

Sixième thème, les soirées :

En Crète, la saison touristique dure six mois. Le reste de l’année, les habitants de l’île se retrouvent entre eux, et pour la plupart, sans emplois. En été, les Crétois travaillent donc beaucoup, et ont besoin de décompresser. Qu’ils aient vingt ou soixante ans, vous les croiserez toujours dans les nombreux bars ou boîtes de nuit. Ils aiment s’amuser, et ils savent mettre de l’ambiance là où ils passent.

Septième thème, le caractère Méditerranéen :

En France, on dit souvent que les Marseillais ou les Corses ont le sang chaud, n’est-ce pas ? En Crète, vous ressentirez la même chose, mais à un degrés beaucoup plus élevé. Les Crétois peuvent parfois être excessifs, et un petit acte qui serait passé inaperçu en France, ou peut-être simplement pour de la maladresse, peut donner lieu à une dispute sans précédent à laquelle vous ne serez pas préparé. A contrario, si vous avez des amis Crétois, vous pouvez êtres sûr qu’ils seront présents pour vous épauler en toutes situations. Il vaut donc mieux être ami avec un Crétois que d’être en désaccord avec lui.

Les Crétois sont fiers d’être Crétois, et ils vous le diront. Ils aiment leur île, et n’envisage pas de la quitter pour une autre, encore moins pour un autre pays, si ce n’est pour une ou deux semaines de vacances par an. Comme mentionné précédemment, le travail en Crète est plutôt saisonnier. Beaucoup d’entre eux ne sont donc sous contrat que six mois par an. Ils sont Européens, et pourraient, durant les mois suivants, aisément chercher à faire une saison d’hiver dans un autre pays d’Europe où ils travailleraient probablement moins d’heures par semaine et seraient mieux payés, ou partir découvrir le monde. Cependant, tous les habitants originaires de l’île avec qui j’ai eu cette discussion ne souhaitaient pas partir. Il y a deux raisons principales à ce manque d’envie de découvertes. La première est leur attachement vraiment très important à la proximité familiale. La deuxième est le bien-être qu’ils ressentent sur leur île, qui ne les encourage pas à partir.

Huitième thème, les Crétois sont traditionalistes :

La Crète étant une île plutôt coupée du reste du Monde, hormis durant la période estivale. Les Crétois sont de plus des gens très traditionalistes, et souvent très religieux. Certaines avancés sociales et médicales qui paraissent normales en France ne le sont pas en Grèce. Parmi celles-ci, la vision que les Crétois ont de la contraception m’a beaucoup surprise. Que ce soit pour les pour les Hommes ou pour les Femmes, elle semble souvent être une notion étrangère. Durant une conversation, une jeune fille m’a même confié que la pilule n’était prise qu’en cas de dérèglement hormonal, quand au préservatif, disons simplement qu’elle n’en voyait pas l’utilité.

Neuvième thème, les Grecques sont très solidaires :

Si vous allez en Crète, et qu’une tragédie se passe n’importe où en Grèce, vous remarquerez que tous les Crétois s’en trouveront affectés, et que la plupart d’entre eux feront un geste afin d’aider les personnes à qui les malheurs sont arrivés. Si un incendie détruit un immeuble à Athènes, par exemple, vous pouvez être assuré que de nombreuses familles Crétoises enverrons un peu d’argent pour les aider.