Vous êtes auteurs, et vous cherchez votre voie. Vous vous dîtes que pour vous faire publier, pour qu’enfin, cette maison d’édition qui ne publie que les youtubers ayant plus de trois-cents mille abonnés vous remarque, il faut que vous gagner ce concours de nouvelles, que ça vous permettra de masquer un peu le fait que vous cherchez à publier l’un de vos premiers romans.

Alors, faut-il vraiment participer aux concours de nouvelles qui fleurissent un peu partout sur internet et dans les journaux ?

La réponse est… Mitigée.

Oui, un concours de nouvelles peut être une bonne chose.

En effet, les thèmes, souvent imposés, et le respects du nombre de caractère vont vous permettre d’apprendre à écrire sous contraintes, ce qui, croyez-moi, et loin d’être simple. Il faut dire que lorsqu’on vous demande un conte de noël et que vous, en ce moment, vous êtes plutôt branchés sur une histoire de zombis affamés, il va vous être compliqué de lier les deux sujets.

De plus, les concours sont de plus en plus nombreux, et il vous sera possible d’y participer de manière régulière pour améliorer votre écriture. Et oui, c’est en écrivant, qu’on progresse dans son style…D’écrivain. D’ailleurs, pauvre petit auteur travaillant sur la table du salon rapportée tout droit de chez Ikea, vous aurez lors de ces concours, l’occasion des rencontrer des professionnels travaillant dans le milieu. De quoi vous constituer au moins un début de réseau.

Enfin, et ce n’est pas quelque chose de négligeable, il y a souvent des prix à remporter lors de ces concours litéraires. Lorsque vous voyez qu’un texte de dix pages peut parfois vous remportez entre 250 et 1000 euros si vous gagner le premier prix, l’argumentation en faveur de la participation aux concours prend plus de poids, non ?

Mais ces concours sont tout de même à prendre avec prudence.

Tout d’abord, tous ne se valent pas. Chasse et pêche lance un thème Pêche et Tradition, évidemment qu’il aura moins d’importance que le concours thème libre lancé par l’association Encr’âges. Il s’agit donc de bien sélectionner ceux auxquels vous souhaitez participer.

Par ailleurs, ces concours ne sont pas un tremplin à l’édition. Certes, le fait que vous en aillez gagner un sera toujours un gage de qualité de votre plume. Mais lors de l’envoie d’un écrit vous serez jugés en majeur partie sur votre récit. L’éditeur ne tiendra quasiment pas compte de ce dernier prix que vous avez remporté.

Participer à des concours de nouvelles ne doit pas vous détourner de votre écrit principal et accaparer tout votre temps. Vous avez un roman à terminer, ce n’est pas la peine de vous surcharger de dizaines de petites histoires à rédiger en parallèle.

Attention à certains concours pour lesquels l’inscription est payante. Elle peut parfois être élevée sans que celui-ci ne soit de bonne qualité. Pensez bien à vous renseigner sur les engagements que vous prenez en vous inscrivant. Il est aussi indispensable que vous preniez le temps de lire ce que l’organisateur du concours pourra faire de votre écrit, de quelle manière est-ce qu’il lui sera possible d’en disposer.

Il y a donc autant de bonnes que de mauvaises raisons quand à la participation à ce genre de concours, et pas une réponse bien tranchée. Participez y donc avec modération, tout en étant bien informer sur ces derniers.